Le Boeing 737 MAX 8 : Ce que j’ai compris

Commençons par le début :

Le premier vol d’un boeing 737 a eu lieu  le ‎9 avril 1967… Il y a plus de 50 ans. La cellule était aussi celle qui provenait des boeing 727 et 707. Depuis cette date, autour d’une même cellule, tout a évolué sur cet avion, de versions en versions. Depuis le Classic, il y a eu le Next Génération, puis le Max encore amélioré au niveau économique. Il est sorti en 2017. La principale modification de cette version MAX, est l’implantation de moteurs CFM International LEAP-1B, plus gros et plus efficaces.

C’est donc un réacteur plus gros, plus efficace, mais qui réduit la garde au sol de l’avion. Cela a obligé de décaler légèrement les moteurs par rapport à leur position initiale. La conséquence et que le domaine de vol a un petit peu changé, et c’est là que le bât blesse :

Pour ne pas avoir à former les pilotes sur ce nouveau modèle, Boeing à installer un automatisme, le MCAS. Celui-ci prévient le décrochage de l’avion en ayant une action sur le trim de façon à le faire descendre et ainsi gagner en vitesse, ce qui en théorie sauve l’avion, sauf s’il est trop près du sol bien sûr…  Et plus grave un système de surveillance de ce CE MCAS existe afin de prévenir les pilotes en cas de défaillance, sauf qu’il est proposé en option aux compagnies aériennes ! Il semblerait aussi que certains pilotes n’aient pas été formés sur les actions du MCAS et surtout de la façon de le désactiver. Résultats deux crashs et plus 300 morts.

Ne sommes-nous pas arrivé aux limites de l’évolution d’un appareil qui en est à sa 4ème version  Mise au point du MAX au rythme d’une marche forcée, pour ne pas se faire distancer par Airbus ?

Autre information cocasse (si on oublie le contexte bien sûr), c’est que la certification administrative de cet appareil a été, en partie, confiée à des employés de… Boeing accrédités par la FFA ! Au revoir les avis contradictoires et l’indépendance de jugement.

La dernière version en cours de développement le 737 MAX 10, lui, va avoir un train d’atterrissage avec possibilité d’élever l’avion dans les phases d’atterrissages et de décollages, pour éviter les tailstrikes, l’avion étant plus long que les autres 737. Et oui un train trop gros qui ne serait jamais rentré dans son logement initial, sans son agrandissement hydraulique  Une carlingue des années 60 qui a décidément la vie très longue.

Au 25 Mars 2019, Boeing semble vouloir installer gratuitement un système de contrôle du MCAS, et repasser rapidement la certification de ces nouveaux réglages…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 + 1 =